Blog Documents utiles

 

1J1Ancêtre
ChallengeAZ
Challenge UPro-G
Communes
Divers
Famille MENOT & Co
Fusillés 1914-1918
Généalogie générale
Généathèmes
Guerre 194-1918
Guerre 1939-1945
Monde associatif
Morts pour la France
Philomène
Profession de généalogiste
Rendez-vous Ancestral
Réseau UPro-G

 

 

BORNE Antoinette Léonie, cigarière...

Une source intéressante de documents : les archives administratives et financières. Il y a, par exemple, les dossiers d'admission à la retraire des agents de la SEITA. Cette entreprise de tabac avait des manufactures sur tout le territoire national : Bordeaux, Châteauroux, Dijon, Issy-les-Moulineaux, Lyon, Marseille, Morlaix, Nancy, Nice, Paris, Tonneins, Toulouse, …. Je vous propose donc une recherche sur Antoinette Léonie BORNE, cigarière… 

Voici les données de son dossier : elle est née le 18 septembre 1890 à Ally,dans le Cantal, elle est veuve et mère de trois enfants...lire la suite

Faire le point ...

Ça y est ! La rentrée est passée ! Je ne sais pas pour vous, mais, moi, j'ai l'impression qu'il n'y a pas eu de vacances… Se poser pour faire le point, c'est une bonne idée !

Alors, mes ouvrages …? Le premier, "les Routes du canton de Brie-Comte-Robert" attend toujours un retour des archives départementales.  Nous leur laissons encore un mois et puis, ensuite, nous publierons avec ou sans leur accord ! Le suivant, celui sur les soldats de notre commune... lire la suite

HAULOT Henri, Mort en déportation ...

Le Généathème du mois de mai me fait réaliser que ma famille n'aura eu aucune perte humaine pendant les deux Guerres Mondiales. Certes, les années de naissance de mes grands-pères font qu'ils étaient soit trop jeunes, soit trop âgés… Mais lorsque je suis venue habiter avenue Henri Haulot, à Seine-Port, en Seine-et-Marne, je n'ai pu m'empêcher de m'intéresser à cet homme mort en déportation…

Henri Léon Joseph HAULOT naît le 13 mai 1899 à Paris, dans le 14ème arrondissement. Il est fils de Léon Marie François, vingt-et-un ans, facteur aux Halles, et Juliette POTTIN, vingt-deux ans, journalière... lire la suite

J'organise mon année généalogique...

Allez, suite au Challenge AZ de l'année 2016, je me prépare pour celui de 2017… Alors, répondre à un généathème, cela me plaît !...

Comment vais6JE m'organiser pour cette année ? Tout d'abord parvenir à publier au moins deux des quatre ouvrages que j'ai en route ! Cela n'est pas une mince affaire ! J'ai, cependant, beaucoup de chance, car j'ai deux correcteurs hors pairs. Il me semble d'ailleurs vous en avoir déjà parlé... lire la suite

Journée mondiale des blogs ...

Chacun sa façon de procéder pour avoir une généalogie personnelle de qualité. Tout dépend de ce que l'intéressé lui-même attend : simplement les actes d'état-civil – c'est déjà un sacré travail, ou d'aller un peu plus loin avec d'autres sources qui permettront d'étoffer la vie de ses ancêtres… Puisque nous parlons de généalogie personnelle, je laisse la place à la généalogiste amateure qui était en moi il y a encore peu de temps. Qu'est-ce qui a changé ? Simplement ma démarche dans les recherches, ma conception de LA généalogie, l'étendu de la généalogie, les recherches possibles ! Comme vous tous... lire la suite

La paléographie...

Qu'est-ce que la paléographie ?... Selon le Littré, l'art de déchiffrer les écritures anciennes, et, particulièrement, les manuscrits grecs et latins, les chartes, les diplômes du Moyen-Âge.

Donc, globalement, en généalogie, lorsqu'il est question de paléographie, il est entendu que cela concerne les documents très anciens mis à notre disposition, sur la période antérieure à la seconde moitié du 18ème siècle. Pour toute la période post moitié du 18ème siècle... lire la suite

La qualité...

Pourquoi écrire sur un blog ?... Pour moi, cela n'a pas été une affaire simple… Après de longues réflexions, je me suis dit qu'étant généalogiste professionnelle, je me devais d'avoir un blog ! Oh, cela ne s'est pas fait en un jour…Il y avait les jours avec "Oui, pourquoi pas ?" et puis les jours avec "Non, je n'y arriverai pas !"… Et puis, un beau matin, je me suis lancée. Déjà, pas simple : quel hébergeur choisir et surtout pourquoi ? ... lire la suite

L'indexation collaborative...

L'indexation collaborative ne m'inspire pas pour diverses raisons…1 – Le manque de consignes données - En effet, sur le site Mémoire des Hommes, par exemple, l'indexation collaborative aurait pu être une bonne chose. Seulement, pas de consignes claires : Saisir strictement ce qui est inscrit sur la fiche ? Vérifier le contenu de ce qui a été écrit ?... Pas clair du tout puisque chacun fait comme il pense que cela doit se faire… lire la suite

L'patois du S'dan...

Petite, dans l'Ardennais, le journal que lisait notre père, j'aimais une rubrique plus que les autres : celle de Salut Nénesse !...

Cet article était écrit en patois et cela m'amusait beaucoup. Non pas que nous soyons originaires de Sedan ou des Ardennes, mais nous y habitions, nous y avons vécu notre adolescence… Donc, cela m'amusait ! Pour moi, c'était une langue comme le latin que j'apprenais à l'école... lire la suite

Le briquet de notre père...

De notre père, nous n'avons rien hérité : histoire de famille banale ! Mais, je détiens un objet, qui, en soi, n'a apparemment aucune valeur, et pourtant... Notre père a fait partie de ces jeunes gens volontaires pour aller faire la guerre en Indochine. Savait-il, lui comme les autres ce qu'était la guerre ? Sûrement que non, mais il a vu là, encore comme beaucoup d'autres, un moyen de quitter la famille, de quitter la terre, de voir du pays, que sais-je encore ?... lire la suite

Les femmes de ma vie...

Comment dire que, dans ma vie, ce n'est pas UNE femme de ma vie mais plusieurs… Il y a bien UN homme qui a tout changé pour moi : M. Valéry GISCARD d'ESTAING. Il a accordé la majorité à dix-huit ans et, ainsi, m'a permis de quitter la maison familiale à vingt !... Donc, la première femme importante dans ma vie aura été Simone VEIL….

Cette dame a révolutionné la liberté de la femme en lui permettant de décider de son corps ! Fini le temps où l'homme décidait pour nous et nos maternités, fini ce temps où les femmes passaient de grossesses en grossesse ! Fini le vilain mot "fille-mère" : nous devenions des mères célibataires ! Je ne ferai pas l'apologie de l'avortement, mais, désormais, une jeune fille peut, si sa vie ne lui permet... lire la suite

Les GARNOT et la Légion d'Honneur, 1ère partie...

Légion d'Honneur, le croirez-vous : sur le site de la base Léonore, sur quinze dossiers GARNOT, dix sont des dossiers de membres de la même famille… Le 30 septembre 1675, à Courquetaine (77), Charles GARNOT, né le 9 avril 1647 dans la commune, fils de Charles et Catherine COCU, épouse Marie RUELLE, née le 15 juillet 1654... lire la suite

Les GARNOT et la Légion d'Honneur, 2ème partie...

La Légion d'Honneur chez les GARNOT de Seine-et-Marne, une affaire militaire mais pas que… Ministère de la Guerre

 GARNOT Firmin Stanislas (1777 - ) Chevalier de l'Ordre Royal de la Légion d'Honneur le 27 janvier 1815 – numéro d'ordre 5650... lire la suite

Les métiers de nos ancêtres...

Un des deux thèmes du mois de mai est "métiers de nos ancêtres". Le sujet a été très difficile pour moi…

Pourquoi ? Comme tous les généalogistes, j'ai des ancêtres et ces ancêtres ont tous un métier. Mais aucun n'a de métier vraiment particulier… Comme pour beaucoup d'entre nous, mes ancêtres sont essentiellement manouvriers... lire la suite

Les migrations...

C'est par notre branche maternelle que je trouve des "migrants"… En effet, du côté paternel, seul notre père a eu la bougeotte, mais uniquement car il s'était engagé dans l'armée au moment de la guerre d'Indochine. Il a ainsi vu du pays : Indochine, Allemagne, Algérie, Maroc, pour venir s'installer dans les Ardennes. Mais, je pense que notre sang "voyageur" nous arrive tout droit de la lignée de notre mère…

Après avoir cherché pendant presque vingt longues années – le net n'existait pas, les archives en ligne encore moins – que j'ai trouvé le mariage des grands-parents paternels de notre mère. Quelle ne fut pas ma surprise ! Maman nous avait toujours dit qu'elle était parisienne... lire la suite

Les Poilus et moi...

Ah, ce thème ! Il me parle, il me parle tant… Mais… Pourquoi ? Quand ? Comment ? J'avais écrit un article sur mes aptitudes en histoire alors que j'étais sur les bancs du collège puis du lycée. Je ne comprenais pas, à l'époque, pourquoi apprendre toutes ces dates, tous ces évènements : ils étaient… comment dire, je pensais qu'ils étaient passés ! Et puis, l'histoire m'a rattrapée... lire la suite

Les Sosas 666 et 1000...

Quel thème ! Première étape : ai-je bien ces deux sosa ?... Eh bien non ! Alors, je remonte mes manches et en avant… Que c'est difficile à cette période…

D'abord mon sosa 666. Mais pourquoi n'ai-je pas déjà cherché dans cette direction me direz-vous ? Pour une généalogiste professionnelle… Ce n'est pas bien ! Tout simplement parce que j'ai dû trouvé et fouillé dans cette branche à une époque où internet n'était sûrement qu'un projet… Depuis, les choses ont bien changé mais je n'ai pas pensé à me replonger dans ces recherches. Chose faite désormais !... lire la suite

MENOT Bathilde Mélanie MENOT...

Bathilde, quel prénom étrange… C'est la seule de ma grande famille, enfin, jusqu'à ce jour…

Bathilde est le nom d'une sainte qui a eu une vie mouvementée. Elle est née vers 626 fille de Sisoigne, prince d'Ascainie, et après avoir été enlevée par des pirates. Vendue, en 642, à Erchinobale, maire du palais de Clovis II. Erchinobalde, veuf, veut épouser Bathilde, âgée de douze ans.  Elle s'en plaint à Clovis II qui, séduit, l'affranchit et l'épouse en 649. Elle a trois enfants : Clotaire III, Thierry III et Childéric III...lire la suite

MENOT Charles Auguste, une vie en cent mots...

Axonais, Charles MENOT a la chance de naître en 1899 : trop jeune pour la Première Guerre puis trop âgé pour la Seconde. 

Il épouse Marguerite MONNIER le 1er septembre 1923. Ils ont quatre enfants, dont deux décèdent en bas âge ; puis quatre petits-enfants...lire la suite

Mon bénévolat dans la généalogie ...

Mon bénévolat en généalogie ?... C'est une longue histoire… Etre ou ne pas être bénévole… Le principe qu'il ne faut pas oublier dans le bénévolat c'est qu'il est fait par intérêt personnel et qu'il ne faut pas attendre de remerciement ! ... lire la suite

Mon plus grand bonheur généalogique de l'année...

Sans aucun doute, ma rencontre avec Daniel et Mathilde …

Tout a commencé ce 8 mai 2017… Je suis allée à la cérémonie au Monuments aux Morts de ma commune, Seine-Port, en Seine-et-Marne. Je désirais entrer en contact avec Daniel HAULOT, fils de Henri, le nom donné à ma rue. En effet, j'ai commencé la rédaction de la biographie de cet homme qui a souffert, enfant, puis pendant la Seconde Guerre Mondiale : F.F.I. torturé et mort en déportation. Lorsque je me suis présentée à Daniel, je lui ai dit ce que je pensais écrire et pourquoi l'écrire... lire la suite

Nos photos de famille ...

Aïe, aïe, aïe ! J'ai justement publié un article le 31 juillet !... Mais, il y a toujours les photos de famille de toute façon ! Alors, qu'en ai-je fait ?... Il y a de cela une bonne dizaine d'années, j'ai décidé que je n'aurai plus d'albums photos ! De toute façon, nous ne les regardions pas… En effet, ce qui est intéressant n'est pas de tourner des pages pour regarder les uns ou les autres mais bien plutôt de fouiller dans une vieille boîte à chaussures remplie de photos pêle-mêle…... lire la suite

RENTIEN Adrien, fermier ...

Le 17 juin 1879 à Bracieux (41), Eugène Adrien RENTIEN, âgé de vingt-sept ans, épouse Célestine Louise BARBOU, âgée de vingt-trois ans. Après avoir logé chez les parents de Célestine, le couple signe un bail à ferme – cote AD41 – 3 E 25 1008 – devant Maître Pierre François Hippolyte CRETTE, notaire à Bracieux… Monsieur Henri Paul Durand ESMANGARD de BOURNONVILLE, propriétaire demeurant au château des Hayes, commune de Fontaines-en-Sologne (41), loue et afferme la ferme des Bordes, commune de Fontaines-en-Sologne... lire la suite

Seconde Guerre Mondiale, Seine-Port et ses victimes civiles, première partie...

Le Monument aux Morts de Seine-Port, en Seine-et-Marne, a un petit quelque chose qui interpelle : quatre noms de victimes civiles lors de bombardements durant la Seconde Guerre Mondiale : deux prénoms féminins et deux prénoms masculins, pour quatre patronymes différents… BOBARD Pauline, FERRIER Marcel, GRANGER Evelyne et THIERRY Claude ! Pauline Louise POMMIER est née le 1er mars 1867 à Crouy-sur-Ourcq, en Seine-et-Marne. Elle est fille de Louis Ernest, vingt-trois ans, jardinier, et Sophie Augustine DENIZOT, vingt-cinq ans, sans profession. Le 10 octobre 1888, à Seine-Port, en Seine-et-Marne... lire la suite