Blog Documents utiles

 

1J1Ancêtre
ChallengeAZ
Challenge UPro-G
Communes
Divers
Famille MENOT & Co
Fusillés 1914-1918
Généalogie générale
Généathèmes
Guerre 194-1918
Guerre 1939-1945
Monde associatif
Morts pour la France
Philomène
Profession de généalogiste
Rendez-vous Ancestral
Réseau UPro-G

 

 

129ème Régiment d'Infanterie et les mutineries de 1917, 1ère partie ...

1917, année de la rébellion des soldats ! Ils en ont assez de cette terrible et longue guerre ! Alors, ils vont le faire savoir et le 129ème Régiment d'Infanterie n'échappe pas à la règle…

Le régiment est toujours en déplacement : le 9 avril, cantonnement à Celles-lès-Condé, Condé et Montigny-lès-Condé, dans l'Aisne, proche de Soissons... lire la suite

129ème Régiment d'Infanterie et les mutineries de 1917, 2ème partie ...

1917, année de la rébellion des soldats ! Ils en ont assez de cette terrible et longue guerre ! Alors, ils vont le faire savoir et le 129ème Régiment d'Infanterie n'échappe pas à la règle…

C'est dans ces conditions que les hommes du 129ème Régiment d'Infanterie ont voulu, pour la plupart, faire une manifestation ayant un caractère pacifiste bien défini, au cours de cette manifestation, ils devaient exposer leurs revendications à leurs chefs de façon à ce que le Gouvernement soit avisé de leurs désirs... lire la suite

129ème Régiment d'Infanterie et les mutineries de 1917, 3ème et dernière partie ...

Après la mutinerie, les sanctions…

Les "coupables" - Comme dans toute mutinerie, il faut trouver les coupables, IL FAUT DES COUPABLES ! Ils sont vite trouvés : ceux avec un passé, civil ou militaire, plus ou moins "bon" : Condamnés à la peine de mort et à la dégradation militaire - le caporal LEBOUC Marcel Jules Gilbert, un sergent "cassé" ... lire la suite

Chemin des Dames, 1ère partie ...

Louis XV, le Bien-Aimé, mari de Marie Leszczynska, est père de neuf enfants, dont trois décédés en bas âge…

Généalogie oblige, voici les enfants du couple. ... lire la suite

Chemin des Dames, 2ème et dernière partie ...

Cent trente années après les sœurs Adélaïde et Victoire, de la Maison de Bourbon, la Guerre éclate ! La Grande Guerre, celle qui a vu tant de destructions au long de ce chemin…

Le Chemin des Dames, en 1914, est la partie du plateau du Soissonnais coincé entre la vallée de l'Aisne et celle de l'Ailette, du sud au nord ; et de la nationale 2 à la D 1044, d'ouest en est. Ce plateau domine la plaine : c'est un endroit stratégique de premier ordre. ... lire la suite

DODU Lucie Juliette, espionne...

Réalité ? Légende ?... Peu importe, car les décisions administratives nationales ont donné à Lucie Juliette DODU un statut d'héroïne !

Lucie Juliette naît le 15 juin 1848 à Saint-Denis-de-la-Réunion... lire la suite

Flirey et Paul MINOT, acnien lieutenant, 2ème et dernière partie...

Le Lieutenant MINOT poursuit son discours, que de détails,…

Le 15, notre chef de bataillon nous apprend que le 17 nous allons prendre part à une nouvelle offensive. Dans le bois où nous devions attaquer, il y avait tellement de morts que nos coups de pioches frappaient soit sur un crâne soit sur un ventre d'où il sortait une odeur épouvantable. C'est là qu'on nous mena le 17, à cette fameuse attaque à laquelle on devait "donner" le 2ème Bataillon du 63ème d'Infanterie. Il faut vous dire que ces gens-là avaient, jusqu'à présent, toujours fait leur devoir... lire la suite

JARDOT (les) et Evette-salbert, commune du Territoire de Belfort..

Au recensement de 1911, la commune d'Evette-Salbert recense 50 porteurs du patronyme JARDOT, pièces rapportées incluses. Douze jeunes gens participent à la Première Guerre Mondiale... Dix noms sont inscrits sur le Monument aux Morts, dont cinq frères !...

Le 6 septembre 1879, Pierre Jules JARDOT, veuf sans enfant, trente ans, cultivateur, épouse Marie Honorine MARCONOT, vingt-et-un ans, sans profession. Le couple a huit enfants, tous nés à Évette... lire la suite

Les Poilus et moi...

Ah, ce thème ! Il me parle, il me parle tant… Mais… Pourquoi ? Quand ? Comment ? J'avais écrit un article sur mes aptitudes en histoire alors que j'étais sur les bancs du collège puis du lycée. Je ne comprenais pas, à l'époque, pourquoi apprendre toutes ces dates, tous ces évènements : ils étaient… comment dire, je pensais qu'ils étaient passés ! Et puis, l'histoire m'a rattrapée... lire la suite

Les tombes des soldats : cimetières ou nécropoles ?...

"Ainsi que l'écrivait, dans son rapport, l'honorable M. ISRAËL, il faut éviter, en effet, que la dispersion de nos morts dans tous les cimetières du territoire n'affaiblisse un jour leur souvenir dans la mémoire de la postérité et ne laisse tomber l'oubli de leur sacrifice inoubliable." Le Ministre des Pensions, des Primes et des Allocations de Guerre, André MAGINOT

La majorité de nos soldats Morts durant les deux Grandes Guerres, 1914-1918 et 1939-1945, sont enterrés dans des nécropoles. Là, ils sont unis à jamais quelles que soient leur nationalité, leur religion, leur idéologie... lire la suite

Madeleine et ses amours ...

En ce beau jour, le jeudi 26 avril 1906, Madeleine épouse Jean…

Elle l'aime son Jean ! Depuis plusieurs années déjà… Alors, aujourd'hui, c'est le bonheur parfait ! Ce bonheur est confirmé par sa première grossesse : elle accouche de Jeanne, le 15 décembre de cette même année. D'autres enfants viennent agrandir la famille : Charles, le 14 février 1907, Pierre, le 25 décembre 1908, Lisette, le 17 novembre 1910, Joseph, le 3 août 1912 et Marie, le 15 mai 1913. Mais, en juillet 1914, Jean est inquiet : il pense qu'il va y avoir une guerre, LA guerre...lire la suite

MENOT Joseph, prisonnier de la première guerre mondiale...

Pourrions-nous dire que "Prisonnier de guerre" lors de la Première Guerre Mondiale était une chance dans ce conflit ? Je pense que oui mais avec une certaine réserve…

J'ai expliqué aux élèves des classes de CM2 que, prisonnier pendant cette guerre, était une chance de surive pour le soldat. Sauf, s'il était blessé ! Mais que le soldat blessé avait les mêmes chances de guérison ou de mort que s'il avait été soigné dans les amblances françaises ... lire la suite

MULLER Camille et RICHY Alfred, des héros ? ...

MULLER Camille et RICHY Alfred sont presque félicités d'avoir pu tenir quatre ans dans une chambre au-dessus des Allemands, dans les lignes ennemies... Je n'ai aucunement l'intention de leur faire un procès : ils ont terminé la guerre en vie et c'est le principal ! Mais, mon Alphonse DEY, qui lui, à plus de 45 ans, était au front n'a pas reçu la mention pour la France car il y a eu suspicion des raisons pour lesquelles il s'était noyé...

Camille Nicolas MULLER naît le 8 juillet 1892 à Ville-au-Montois, en Meurthe-et-Moselle. Il est fils de Emile Nicolas et Anne RENAUD ... lire la suite

Nécropole américaine du bois de Belleau...

Voilà, c'est le dernier jour de cette sanglante bataille du Bois de Belleau !

Du 30 mai au 1er juin 1918, les Français combattaient dans une lutte acharnée pour la possession de ce Bois de Belleau. Du 1er au 5 juin, les Français ont été soutenus par les Américains, puis leur ont laissé la place. Ce n'est que le 26 juin suivant que les Allemands ont été réellement repoussés hors du Bois de Belleau. Mais à quel prix ? ... lire la suite

Nécropole nationale de Montdidier et le Centenaire de la Première Guerre Mondiale ...

Certaines actions dépassent l'entendement ! Est-ce que les dates d'un centenaire ne sont pas cent ans après la date originale. Je suis persuadée que oui et la majorité aussi, mais, à priori, certains organismes nationaux ne le savent pas...

Il y a un peu plus de six mois, des amis se sont proposés de me faire les photos d'une sépulture à la Nécropole Nationale des prisonniers de guerre de Sarrebourg, en Moselle ... lire la suite

PRENANT Georges Jean, une plaque dans la chapelle du Souvenir à Rancourt...

La Chapelle du Souvenir de Rancourt, dans la Somme, a une chapelle annexe où sont accrochées au mur des plaques déposées là par les familles affligées... Georges Jean PRENANT en a une...

Alexandrine Georgina GRÉBOVAL naît le 16 mars 1854 à Brunville, en Seine-Maritime. Elle est fille de Pierre Sénateur, cultivateur, et Héloïse Marguerite LEHOUX. Elle ne quittera jamais le département ! ... lire la suite

Pupilles de la Nation de la Première guerre mondiale ...

C'est la loi du 27 juillet 1917 qui instituent les Pupilles de la Nation.

La Nation adopte tout orphelin dont le parent ou le soutien de famille est mort à l'ennemi ou de blessure ou maladie contractée pendant la guerre. Sont associés à ces orphelins, tout enfant : né avant la fin des hostilités ou dans les 300 jours qui ont suivi la cessation des activités, soit, né au plus tard le 8 septembre 1919 ... lire la suite

Recherche à partir d'une plaque de souvenir ...

Il existe des plaques accrochées çà et là dans des chapelles, dans des églises... Les familles ont désirer que personne n'oublie le sacrifice de leurs parents : fils, mari, père, oncle, cousin... Peu importe, nous pouvons aujourd'hui retracer la vie de ce soldat à partir de cette simple plaque !

La plaque d'aujourd'hui est celle de Arthur FOUACHE. Il est inscrit : "Ici repose Arthur FOUACHE, Mort pour la France dans sa 32èmeannée" ... lire la suite

RICHY Alfred et MULLER Camille , des héros ? ...

MULLER Camille et RICHY Alfred sont presque félicités d'avoir pu tenir quatre ans dans une chambre au-dessus des Allemands, dans les lignes ennemies... Je n'ai aucunement l'intention de leur faire un procès : ils ont terminé la guerre en vie et c'est le principal ! Mais, mon Alphonse DEY, qui lui, à plus de 45 ans, était au front n'a pas reçu la mention pour la France car il y a eu suspicion des raisons pour lesquelles il s'était noyé...

Camille Nicolas MULLER naît le 8 juillet 1892 à Ville-au-Montois, en Meurthe-et-Moselle. Il est fils de Emile Nicolas et Anne RENAUD ... lire la suite

Soldats, morts, Morts ...

Jamais je n'aurai pu imaginer le nom d'un fusillé, surtout suite à une accusation de tentative de meurtre, sur un Monument aux Morts…

Très intéressée par tous les dossiers des Fusillés de la Première Guerre Mondiale, J'ai lu avec attention l'article d'un confrère sur un soldat fusillé, Arthur Louis JOANNES. Suite au premier article et ne pouvant attendre la suite ... lire la suite